Le Magazine de votre prochain vol

Le Sakifo Musik Festival de la Réunion

By  |  0 Comments

Tous les étés, le Sakifo Musik Festival fait bouger l’île. Célèbre dans tout l’océan indien, il rassemble « tout ce qu’il faut » – « Sakifo » en créole réunionnais pour les amoureux de musique : pop, rock, blues reggae, funk, électro, soul… mais aussi musiques d’Afrique et de l’Océan indien.

Une renommée internationale, une Web radio et une appli

festival Sakifo

A l’origine, Jérôme Galabert, le créateur du festival, tenait à rassembler sur la petite île tous les grands artistes de la scène française et internationale.  Aujourd’hui, Les fêtards, les amateurs et les connaisseurs ont fait du festival Sakifo un des endroits les plus pointus de la scène musicale internationale. Les spécialistes croisent les curieux autour de grands noms et de nouveautés. Les petits groupes côtoient les stars. Le festival s’est d’abord fait connaître pour son ambiance incomparable. Simplicité, chaleur et convivialité sont les valeurs majeures.

Loin d’être confidentiel, tout le monde en parle et l’on vient de partout pour y participer. Une appli a même été créée spécialement pour Sakifo. Elle rejoue les live et diffuse des directs en mode radio,  donne toutes les informations pratiques et les programmes complets. On peut aussi suivre de plus près ses préférences, ses artistes favoris grâce aux alertes.

Et comme si vous y étiez, la web radio donne un avant-goût du festival.

L’édition 2015 à La Réunion…

Du 5 au 7 juin s’est déroulée l’édition 2015 du festival – la 12éme. Le site de la Ravine blanche à Saint-Pierre a accueilli près de 20000 festivaliers, et 51 artistes. Toute la programmation s’étend sur 6 scènes à Salahin, La Poudrière, Les Filaos, Vince Corner, Salon Bal et Red Bull.

Le festival propose un système de ticket assez futé et économique : un seul billet permet de faire tous les concerts de la journée. Il existe un pass 3 jours qui donne accès à tous les concerts – le concert revenant alors à 1,5 euros -, des tarifs réduits et des billets VIP, avec accès au DJ sets et aux 15 bars et restaurants sur place.

Pour faire chauffer l’ambiance avant le jour J, la Before en avril est une tradition. Cette année, à la Ravine Saint-Leu, on a vu Tricodpo, Charles X, Miossec et Karl Hungus.

A Saint-Pierre se déroule la version Off du festival, les 4 et 5 juin. Les bars et restaurants sont bondés, on vient découvrir les noms de demain : Bourbon String Parade, Duo Affair Affair, Mangloo, South Ker, Charly Lambda, Matru, Duo Tempo… Tout le monde peut participer, il suffit de proposer sa candidature. On peut être seul ou maximum 4, jouer de tous les styles… pourquoi pas vous ?

Les concerts sont gratuits et pour l’occasion, des formules spécial Sakifo sont proposées. En parallèle, on peut voir aussi  des expositions d’artistes plasticiens, des vernissages, des bars qui s’improvisent en galerie : les arts se rencontrent.

… et en Afrique du Sud

Le festival s’exporte, et avec lui la mixité des cultures. Durban a accueilli Sakifo les 11, 12 et 13 juin. Les artistes réunionnais s’y sont retrouvés, avec en plus des musiciens d’Afrique du Sud, du Mozambique, de Madagascar, mais aussi des Français et des Brésiliens.  Les concerts ont fait vibrer les plus belles salles de la ville : le bâtiment colonial de l’Hotel de ville, en plein centre, une ancienne usine à bière à l’ambiance sympa – dans un autre genre ! – et enfin, au mythique Rainbow. Ce club a accueilli les grands jazzmen luttant contre l’apartheid.

Sakifo Records, le label

Depuis 2009, Sakifo va plus loin dans sa mission. Il est devenu un label, Sakifo Records. Il produit de nombreux artistes plus ou moins connus et de styles très variés comme Baz Baz, Tumi & the Volume, True Live, Jeff Lang, Toguna, Alex et Jeff Lang.

L’inspiration du label vient du métissage, et son ambition est de créer des échanges et de mélanger les styles entre Nord et Sud. Si les répertoires vont du Hip Hop à la chanson française en passant par le punk, Sakifo a surtout contribué à faire connaitre certains styles propres à la Réunion et aux accents africains, comme le maloya, classé au patrimoine culturel immatériel de l’humanité par l’UNESCO. Le style puise son origine dans la souffrance des esclaves africains, et dans les langues d’Afrique de l’Est signifie « la peine », « la douleur ». Il s’est enrichi au cours des siècles de l’usage de nouveaux instruments – guitare, synthé… Sa créativité est telle qu’il se mélange sans fausses notes avec le rock, le punk, le folk, le jazz, le reggae… Les pépites du label sont Maya Kamaty pour le maloya folk et Nathalie Natiembé pour le maloya punk.

Ne manquez pas l’édition 2016 du Sakifo Musil Festival, Corsair vous emmène vers les bonnes vibrations de la Réunion