Le Magazine de votre prochain vol

Visitez Mayotte : Mtsamboro et Barakani

By  |  0 Comments

Mayotte est loin des parcours touristiques tout tracés. La vie y est simple, on ne trouve aucun complexe hôtelier mais l’accueil est toujours chaleureux. Vous ne trouverez pas grand-chose dans les guides sur les meilleures destinations, les parcours ou les itinéraires : écrivez votre propre aventure.

Au fil du chemin, arrêtez-vous dans les villages pour visiter, baignez-vous dans les eaux turquoises des criques sauvages. Elles sont peuplées de poissons tropicaux. L’intérieur des terres est luxuriant, entre forêts de bambous, bananiers, manguiers, agrumes sauvages… Deux villages typiques donnent un bel aperçu de l’authentique Mayotte. Côté mer, Mtsamboro et son îlot, côté terre, Barakani : toutes deux vivent au rythme de la nature.

ilot Mtsamboro

Mtsamboro, le village et l’îlot

La commune de Mtsamboro réunit les trois villages de Mtsamboro, Mtsahara et Hamjago. A l’extrême nord de l’île, elle est bordée de plages, aux pieds de la réserve forestière des Crêtes du Nord. Pour la balade, monter vers les Crêtes, pour la baignade, naviguez vers les îlots : Au large, l’îlot de Mtsamboro est une terre vierge, laissez-vous prendre par le calme ambiant.

Mtsamboro, une ville historique

Mtsamboro est une ville historique, très ancrée dans la culture de l’île : elle fut le siège du premier sultanat qui régna sur Mayotte au XVe siècle. Dès le IXe siècle, l’île connaît une grande activité commerciale, échangeant avec le continent africain. Les influences du Moyen-Orient arrivent par bateau, les commerçants arabes, perses et indiens s’installent. La population mahoraise est alors, à l’image de toute la côte est du très proche continent africain, de culture swahili : d’origine africaine, la population suit les influences arabes et persanes.

Principal port de commerce de l’île, Mtsamboro devient vers 1470 la résidence du sultan Athumani ben Mohammed, et capitale du sultanat Shirazi. Du nom des colons venus de la province de Shiraz, en Perse, elle suit le modèle des grandes cité-Etat shirazi de l’Est-africain, comme Kaole en actuelle Tanzani ou Lamu, dans l’actuel Kenya.

Randonnées depuis Mtsamboro

La ville est le départ de nombreuses balades et randonnées vers les Crêtes, mais aussi vers les ilots voisins. Montez en voiture par Mtsahara, ou empruntez les sentiers qui partent en lacet vers les hauteurs. De nombreux sentiers de randonnée existent mais restent peu entretenus et mal indiqués. La marche est agréable, parfumée tantôt des productions locales de citrons et d’oranges, tantôt des forêts sauvages d’ylang-ylang. En montant, vous aurez une vue sur la baie des baleines, les îlots Choizil et Mtsamboro.

Plages paradisiaques

Pour profiter des plus belles plages mahoraise, embarquez dans une petite barque à moteur vers les îlots – chissioua en mahorais- au large de Mtsamboro. Complètement sauvages, les îles sont paradisiaques : sable blanc, eaux turquoise peuplées de coraux et de poissons de toutes les couleurs.

L’îlot Choizil à l’Ouest, Mamlandzamiayajou, possède une immense langue de sable blanc qui s’étire jusqu’à un gros rocher. Il faut continuer jusqu’au chissioua Mtsamboro, à 3 km au nord. Au sud-ouest de l’ilôt est la plage Antakoudja, idéale pour le voulé, un bon moment que l’on passe en famille ou entre amis, à se baigner, à jouer et à déguster du poisson grillé. Vous pourrez vous abriter du soleil sous un baobab ou un oranger sauvage.

Barakani

mamoudzou-hotel-de-ville

Au centre de l’île, le village de Barakani appartient à la commune de Ouangani. A 8 km de Mamoudzou, on dit que c’est la région la plus accueillante de Mayotte : sauvage, luxuriante, la nature vit en bonne entente avec les mahorais. Le « stade béton » qui accueille l’équipe de foot de la ville est une fierté locale, tout comme les deux cascades à proximité du village.

La cascade Hapandzo et la cascade Ha – ou « chez »- Matiass comptent parmi les plus belles de l’île. Elles se découvrent à l’issue de courtes marches plutôt faciles. En venant de Coconi, un parking de terre rouge est situé à l’entrée de Barakani : là se trouve un premier chemin d’accès à la cascade Hapandzo. Le sentier n’est pas très bien entretenu, mais se distingue bien. On marche dans les fourrés, la descente est douce vers les berges de la rivière. On traverse ensuite un champ d’ambrévades, une variété d’haricots que l’on accompagne de riz. La bananeraie qui suit débouche sur un lit de rivière qui atteint la cascade, dans un cadre bucolique. Les arbres sont peuplés de makis, les petits lémuriens que l’on reconnait bien à leurs petits cris aigus. Comptez moins d’une heure pour faire l’aller-retour.

cascade Hapandzo

Le chemin pour aller à la cascade Ha Matiass est plus court – 15 minutes, mais aussi plus périlleux, et un peu plus hasardeux… Les roches sont glissantes, attention à la descente.

En rentrant de Barakani, allez faire un tour à Chiconi, à 3 km, pour admirer sa cascade, le sentier des ylang-ylangs, l’éco-musée de l’ylang-ylang et de la vanille.

Mayotte est petite, profitez de toute l’île avec notre page Destination.