Le Magazine de votre prochain vol

Les îles du Salut à Cayenne

By  |  0 Comments

Au large de Kourou, et rattachées à Cayenne, les îles du Salut font partie des incontournables de la Guyane. Vestiges du bagne, côtes rocheuses et escarpées, courants violents et eaux peuplées de requins… elles attirent tant pour leur nature sauvage que comme témoin de l’Histoire.

L’Histoire, entre colons, esclaves et bagnards

Les îles du Salut étaient autrefois les « îles du Diable », enfer pour les explorateurs du roi Louis XV pris dans les courants souvent fatals. Inhospitalières, elles devinrent un refuge lors d’une épidémie de fièvre jaune qui emporta, en Guyane, quelque 10 000 personnes en un an. Sans moustiques, loin des contaminations, elles devinrent « îles du Salut ». Arrivés avec les colons, les esclaves commencèrent à construire des bâtiments, aménager des sentiers, relayés ensuite par les bagnards.

îles du Salut Guyane

 

Au XVIIIe siècle, un des plus grands bagnes de Guyane s’y construit, pour recevoir toujours plus d’exilés. Les forçats remplacent les esclaves, après l’abolition de l’esclavage, pour bâtir un grand centre pénitentiaire.

Elles sont aujourd’hui la propriété du Centre national d’études spatial.

 

 

Les trois îles

La plus grande île accueille la forteresse, l’hôpital et toute l’administration pénitentiaire. Des sentiers bien entretenus relient les grands monuments de l’île, très bien restaurés. On y trouve aussi un hôtel, un musée, un camping, un restaurant… son port est l’accès le plus sécurisé aux trois îles, et l’Anse Legoff abrite « la piscine des bagnards », où l’on se baigne plus tranquillement qu’ailleurs. Des navettes régulières relient l’île au continent.

L’île Saint-Joseph, plus sauvage, possède de beaux vestiges enfouis dans la forêt tropicale. Sur l’île du Diable se trouve la maison d’Alfred Dreyfus, célèbre exilé politique. Les deux îles sont libres d’accès mais difficiles à accoster.

case d'Alfred Dreyfus : île du Diable

 

Cocotiers et saïmiris

saimiri

Les îles du Salut sont aujourd’hui très appréciées pour leur nature verdoyante. La végétation est explosive, et reprend partout ses droits. Le peu de plage laissé par la côte rocheuse est semée de cocotiers, particulièrement nombreux. En levant la tête, on peut voir les singes « saïmiris » sauter de branche en branche. On y voit aussi beaucoup d’iguanes et d’agoutis. Côté mer, les eaux sont réputées pour être limpides, plus clair que sur le continent.

A quelques kilomètres de Kourou, elles sont sous la trajectoire des lancements du Centre spatial : elles sont évacuées quelques heures avant les lancements.

Découvrez encore plus sur Cayenne et la Guyane sur nos pages Destination.