Le Magazine de votre prochain vol

Comment gérer le décalage horaire ?

By  |  0 Comments

Les belles vacances et les voyages d’affaires à l’autre bout du monde ont un vrai inconvénient : les effets du décalage horaire. On arrive à peine, et le jet lag se fait sentir : fatigue, somnolence, difficultés à s’endormir et réveil nocturne en pleine forme… Comment gérer au mieux son décalage horaire ?

 

Le Jet lag, les effets du décalage horaire

Le Jet lag est le terme anglo-saxon pour définir le syndrome physiologique dû au décalage de l’horloge biologique. Le corps en souffre dès que le décalage dépasse les trois heures. L’horloge biologique réagit par des troubles du sommeil, une somnolence diurne, de l’irritabilité, une baisse des performances physiques et intellectuelles.

Si on pense surtout au sommeil, on peut aussi souffrir de maux de tête, troubles digestifs…

Les effets seraient plus prononcés et plus persistants lorsqu’on va vers l’Est, soit à l’inverse du sens naturel de l’horloge biologique.

Personne n’est vraiment à l’abri des troubles, même si certains les supportent mieux que d’autres. Ainsi, les médecins et les grands voyageurs se retrouvent autour de quelques bons conseils à suivre pour adoucir le voyage.

Le Huffington Post parle d’une application permettant de gérer le décalage horaire.

 

Avant de partir

  • Sur une semaine de vacances, rien n’est plus râlant que de passer trois jours à l’aller et trois jours au retour à se remettre d’un voyage. Dans votre organisation, c’est un paramètre à prendre en compte : planifiez en prévoyant une petite forme.
  • Pour un séjour de plus de deux jours – on conseille d’anticiper, en s’adaptant progressivement aux horaires de la destination, avant de partir. Commencez à décaler votre rythme tout doucement.

 

Pendant le trajet

avion au lever du soleil

  • Réglez votre montre à l’heure de la destination, et vivez d’emblée sur l’heure locale.
  • Evitez les excitants, l’alcool, mais aussi les somnifères qui ne font qu’ajouter un trouble à l’horloge interne.
  • Détendez-vous, et reposez-vous : ce sera toujours ça de pris à l’arrivée.

Sur place

  • Si vous ne partez que deux jours, et même au bout du monde, modifiez le moins possible votre rythme habituel, sur les repas, le sommeil…
  • Au-delà de deux jours, tenez-vous à l’heure locale.  Ne dormez pas si ce n’est pas l’heure. Les microsiestes d’un quart d’heure sont parfois conseillées, mais elles dérivent presque inévitablement vers un vrai sommeil, à proscrire. Ne prenez pas de somnifères pour dormir, et privilégiez l’activité physique et l’exposition à la lumière du soleil : ils sont de très bons régulateurs biologiques.

 

Vous serez particulièrement concernés si vous partez :