Le Magazine de votre prochain vol

Où découvrir la culture musicale moderne ivoirienne ?

By  |  0 Comments

La musique ivoirienne est à l’image de sa culture : riche, créative et influente. Parmi les cultures africaines, elle a su se distinguer dans le monde entier et ses artistes restent célèbres – Alpha Blondy, Reine Pélagie… -. Populaire, elle est partout : de toutes les fêtes, de tous les événements, sur la plage ou dans les bars, vous n’aurez aucun mal à trouver une variété de styles et de sons.

La grande diversité de fêtes et de festivals dans tout le pays vous permettra d’apprécier les meilleurs artistes de la scène musicale ivoirienne. Dans les villages et l’arrière-pays, vous pourrez croiser des musiques traditionnelles, ou encore des rumbas et des mélanges francophones datant des années 50, alors que le pays était une colonie française. La scène musicale moderne se rassemble surtout à Abidjan, lieu de naissance d’un mix urbain qui bouge.

 

Abidjan, la capitale de la création musicale moderne

Si Yamoussoukro la néo-classique est la capitale politique de la Côte d’Ivoire, Abidjan la futuriste est la capitale économique et culturelle du pays. Elle a vu naître un mélange urbain de styles de danses et de sons traditionnels et très actuels, parfois venus d’ailleurs, dans une ambiance vibrante. Dans les années 80, l’économie musicale du pays s’est développée à Abidjan, où les maisons de disque et les studios d’enregistrement ont fleuri. Les cultures se croisent et les styles naissent alors. Le Ziglibithy avec Ernesto Djédjé, aujourd’hui musique nationale, fait fusionner la musique traditionnelle ivoirienne et les rythmes congolais. Très populaire, le reggae a fait de la Côte d’Ivoire sa deuxième patrie. Ses artistes sont internationalement connus : Alpha Blondy, Tiken Jah Fakoli, Ismaël Isaac… Depuis, Abidjan est restée le centre de la musique moderne pour toute l’Afrique francophone.

La scène musicale n’a cessé de se développer, et l’on trouve des styles plus récents et toujours plus actuels. A voir en live, le Zouglou est dit aussi « Ambiance facile » ou « Wôyô ». Il mêle le chant et la danse, et a été popularisé en France par Magic System. Egalement issu de la connivence entre danse et musique, on dit que le Coupé-décalé est né à Paris, de la communauté ivoirienne de la Jetset. Le relais fut pris à Abidjan, avec Douk Saga. Le Coupé-décalé continue de s’enrichir d’un pays à l’autre, dans un mélange vitaminé. Il est le vrai témoin d’un mix de cultures très réussi.

 

Les grands événements musicaux et les quartiers qui bougent

Dans les rues, sur les marchés, dans les cafés et les bars de plage ou « maquis », vous pourrez entendre les meilleurs sons ivoiriens. Pour découvrir la musique moderne ivoirienne, des événements et des salles restent incontournables.
Du côté des événements, ne manquez pas le MASA, le Marché des arts et des spectacles africains, au Palais de la culture à Abidjan. Destiné aux professionnels du spectacle, le salon rassemble année après année de plus en plus de monde, venu de tous horizons : fans, curieux, amateurs, connaisseurs, professionnels… Les spectacles et les concerts sont de grande qualité, et l’occasion pour la crème de la crème des artistes de présenter la meilleure de leur musique. Toute l’année et hors MASA, le Palais de la culture a une programmation riche et variée.

Le FEMUA est le festival des musiques urbaines d’Anoumabo, un petit quartier populaire d’Abidjan. Modeste, le village est parvenu à réunir environ 100 000 participants et spectateurs pour sa dernière édition. La fête est sans fin, et se déroule aux alentours de Pâques. Les fonds récoltés par les concerts et les spectacles sont tous dédiés au développement social et culturel d’Anoumabo : de nombreuses actions d’aide et d’entraide sont menées à bien grâce au FEMUA, qui bénéficie du soutien de l’UNESCO et compte dans sa commission le leader du groupe Magic System, Traoré Salif. Des écoles, des centres médicaux, des ateliers de formation sont créés et réhabilités, offrant un accès aux soins et à l’éducation aux populations les plus démunies. De plus en plus important, le festival se déroule aussi à Yopougon, célèbre quartier d’Abidjan.

Véritable ville, le quartier de Yopougon est connu comme l’un des quartiers qui bouge le plus. Il est à la pointe d’une actualité musicale festive et légère. Célèbre, la rue Princesse abrite un grand nombre de maquis, de discothèques et de bar de nuits qui ne ferment qu’au petit matin. Le grand complexe sportif de Yopougon est la salle de concert par excellence : elle accueille tous les plus grands concerts qui se déroulent à Abidjan. Plus riche et plus chic, le quartier de Cocody est aussi un lieu de soirées festives : les clubs, bars et boites de nuit sont nombreux.

Et dans tout le pays, la fête de la musique reste quant à elle une excellente occasion de découvrir la Côte d’Ivoire en musique.